Bruno Perini

Demande de recherche :

« bonjour, je recherche tout document sur un boxeur qui était mon papa Bruno PERINI, poids mi-lourd, marchiennois, de nationalité italienne, élève de Robert HIRSOUX, a fait 40 combats amateurs et 35 combats professionnels, né en 1919, venu en Belgique en 1928, pourriez-vous me dire où je pourrais trouver certaines revues. au plaisir de recevoir de vos nouvelles d’avance merci cattaux josiane »

Publicités

Constant Barrick

Demande de recherche :
 
« Bonjour, je suis a la recherche de renseignements et surtout de photos sur mon grand-père qui était boxeur professionnel de 1919 à 1929, il était champion de Provence, habitait Marseille à cette époque et s’appelait Constant Barrick; pouvez-vous m’aider ? Cordialement, Marie-Hélène »

Emile le Wallon

J’ai reçu quelques informations sur le boxeur Emile le Wallon :

emile« Bonjour, Sur votre site sur les deux anciens champions de boxe, vous demandez des informations sur Emile le Wallon. Il s’agit de Milo Coppersmith, un GI qui a passé quelques années dans le Namurois après la guerre et qui s’est fait une réputation de catcheur et de boxeur. Il portait ce surnom parce qu’il était le descendant d’un émigrant wallon. Daniel D. »

Merci Daniel !

Delannoit – Kid Marcel

Cyrille Delannoit a mis un terme à sa carrière après avoir été battu à deux reprises : d’abord le 1er juillet 1951 à Turin par le champion du monde des poids moyens Sugar Ray Robinson (vidéo du match), enfin le 10 octobre 1951 par le français Kid Marcel au Cirque Royal à Bruxelles.

 

KID MARCEL« La technique de Kid MARCEL a eu nettement raison de la fougue de C. DELANNOIT » lit-on dans un journal L’équipe de l’époque.

 

 

Ci-contre Kid Marcel.

 

 

 

 

 

Cyrille Delannoit est encore remonté une dernière fois sur le ring le 22 décembre 1955, après 4 ans d’interruption, et a été battu aux points par Harry Mino. C’était au Majestic Hall d’Anvers (Antwerpen) en Belgique.

 

 

 

 

!Bg2dPqg!mk~$(KGrHqIOKiIErysn2NJgBLG5l7(ghQ~~_12Journal L’Equipe sur lequel on peut lire le titre « La technique de Kid MARCEL a eu nettement raison de la fougue de C. DELANNOIT » (photo d’e-bay).

 

Je serais intéressée par cet article afin d’en connaître le contenu. Merci de m’envoyer un mail ou un commentaire si vous possédez ce journal ou si vous avez des connaissances sur le déroulement du match.

 

Cyrille Delannoit

Mes demandes portent leurs fruits. De plus en plus fréquemment,  des personnes disposant de renseignements complémentaires sur nos champions de boxe m’envoient des mails. C’est ainsi que, grâce à l’une d’elles, j’ai pu entrer en contact avec Marcel Limage.

A présent, un collectionneur a émis le souhait de nous faire partager sa collection afin d’enrichir ce blog concernant Cyrille Delannoit. Je le remercie vivement.


Voici une photo de Cyrille Delannoit :

 

CYRILLE DELANNOIT

 

 

Le mariage de Cyrille Delannoit

Né le 13 février 1926, Cyrille Delannoit était surnommé Tarzan. Il disputa 113 combats (91 victoires, 3 nuls, 19 défaites) entre 1946 et 1951, écrivant un des chapitres les plus forts de la boxe belge.

 

En 1950, Delannoit manqua de lucidité en tombant amoureux d’une belle jeune fille qui se faisait passer pour telle. L’ancienne vedette de Music-hall qu’on appelait « Miss Nice », était née en 1911 et avait quinze ans de plus que Cyrille !

Mariage de Cyrille Delannoit, Photo D.R.En été 1951, Delannoit épousa l’élue de son cœur pour le meilleur et le pire. Hélas, ce fut plutôt pour le pire ! Madame Delannoit ruinera son mari pendant qu’il achevait sa carrière sportive.

 

 

Madame Delannoit avait épousé en première noce un chanteur, plus précisément un baryton. Tous deux avaient tenté faire carrière à l’opéra de Lille, lui en tant que soliste, elle dans les chœurs. La loi de 1926 sur le contingentement des artistes séjournant et travaillant en France a été réactivée, obligeant les deux tourtereaux à rentrer au pays en 1932. La Belgique était alors en crise. Il était difficile, voire impossible de trouver du travail dans le secteur du chant. Le baryton, exceptionnellement doué pour le dessin, se remit à dessiner, tandis que sa femme le quitta un beau matin d’octobre. C’est ainsi, qu’en pleine guerre, il se lança dans la bande dessinée, espérant remonter sur une scène d’opéra dès que le conflit prendrait fin. Il continuait cependant à travailler le chant et se faisait accompagner au piano par la mère de mon père. Au sortir de la guerre, l’ancien baryton, qui s’était fait un nom dans ce qui deviendra le 9ème art, a définitivement renoncé au chant. Il finit par épouser ma grand-mère en seconde noce.

 

Dès 1950, l’ancien baryton prendra comme modèle Cyrille Delannoit et lui attribua un rôle de mauvais dans ses histoires dessinées. Marcel Limage, ayant bien connu Delannoit, était également titulaire d’un titre européen de boxe. Il fera l’affaire du dessinateur qui s’en inspirera pour créer un personnage complice du premier.

 

Avant que mon ouvrage ne sorte, je devais garder l’anonymat sur ce blog. Vous comprendrez que les lecteurs de BD ne pouvaient supposer les liens entre les personnages et leurs modèles champions de boxe. D’un autre côté, j’étais à la recherche de renseignements et ai donc créé ce blog sous un pseudonyme. Je remercie encore une fois les personnes qui m’ont aidée. J’espère que vous ne m’en voudrez pas d’avoir caché mon identité jusqu’à la parution de mon ouvrage. Celui-ci est à présent disponible dans certains festivals BD et il pourra être dédicacé si vous le souhaitez.

 

A présent, voici le lien vers mon blog personnel et vers mon ouvrage sur le site de l’éditeur. Vous ne verrez pas de photos de Delannoit ou Limage sur le site de l’éditeur. Par contre vous pourrez reconnaître les deux champions dans le livre et en savoir plus sur une partie de la vie privée et de boxeur de Delannoit camouflée dans la bande dessinée. L’autre blog renseigne encore les lieux de rencontres et de séances de dédicaces.

 

Il est bien entendu que ce blog restera destiné aux deux boxeurs et que vous pourrez y découvrir de nouvelles mises à jour les concernant. Vos apports sont toujours les bienvenus, comme il en était par le passé.

 

Afin de garder encore le secret jusqu’à la diffusion de mon ouvrage en librairies (fin novembre ou début décembre 2009), j’éviterai d’écrire mon véritable nom sur ce blog et celui du grand dessinateur dont il est question dans mon ouvrage, afin que les moteurs de recherches n’envoient pas sur ce blog prématurément. Un lien de l’autre blog renverra d’ici peu sur ce blog.

 

Merci pour votre compréhension !

Bien cordialement

V.