Visite chez Marcel Limage

Marcel Limage - 1974Je me suis rendue hier après-midi chez Marcel Limage pour lui remettre sa boîte aux trésors qu’il m’avait si gentiment prêtée. Cette caisse contient les articles de presse et photos accumulés pendant sa carrière de boxeur et d’entraîneur. Marcel était heureux de récupérer son bien !

 

La raison de ma visite était double : lui remettre également un exemplaire de mon ouvrage qui vient de sortir de presse. Quelle fut la joie de Limage lorsqu’il a pris le livre en main pour admirer sa photo de champion de Belgique !

 

Marcel Limage, champion de BelgiqueJe lui ai ensuite demandé quel était son meilleur souvenir de boxe :

 

Limage m’a répondu : « Sans hésiter, le titre de champion de Belgique ! »

 

– Obtenu en 1953 contre Victor d’Haes ?

 

– Oui, a-t-il ajouté.

 

 

 

Je lui ai encore remis un album dans lequel il tient le rôle d’un gangster. Je lui avais déjà montré le personnage dont il est le modèle. Limage a fait exactement  la même réflexion qu’il y a quelques mois : « Là-dessus, j’ai une tête d’un brigand ! » Evidemment, il fallait un peu adapté le visage du champion pour donner au personnage de papier le rôle de gangster qui lui était attribué.

 

A suivre…

 

Publicités

Le mariage de Cyrille Delannoit

Né le 13 février 1926, Cyrille Delannoit était surnommé Tarzan. Il disputa 113 combats (91 victoires, 3 nuls, 19 défaites) entre 1946 et 1951, écrivant un des chapitres les plus forts de la boxe belge.

 

En 1950, Delannoit manqua de lucidité en tombant amoureux d’une belle jeune fille qui se faisait passer pour telle. L’ancienne vedette de Music-hall qu’on appelait « Miss Nice », était née en 1911 et avait quinze ans de plus que Cyrille !

Mariage de Cyrille Delannoit, Photo D.R.En été 1951, Delannoit épousa l’élue de son cœur pour le meilleur et le pire. Hélas, ce fut plutôt pour le pire ! Madame Delannoit ruinera son mari pendant qu’il achevait sa carrière sportive.

 

 

Madame Delannoit avait épousé en première noce un chanteur, plus précisément un baryton. Tous deux avaient tenté faire carrière à l’opéra de Lille, lui en tant que soliste, elle dans les chœurs. La loi de 1926 sur le contingentement des artistes séjournant et travaillant en France a été réactivée, obligeant les deux tourtereaux à rentrer au pays en 1932. La Belgique était alors en crise. Il était difficile, voire impossible de trouver du travail dans le secteur du chant. Le baryton, exceptionnellement doué pour le dessin, se remit à dessiner, tandis que sa femme le quitta un beau matin d’octobre. C’est ainsi, qu’en pleine guerre, il se lança dans la bande dessinée, espérant remonter sur une scène d’opéra dès que le conflit prendrait fin. Il continuait cependant à travailler le chant et se faisait accompagner au piano par la mère de mon père. Au sortir de la guerre, l’ancien baryton, qui s’était fait un nom dans ce qui deviendra le 9ème art, a définitivement renoncé au chant. Il finit par épouser ma grand-mère en seconde noce.

 

Dès 1950, l’ancien baryton prendra comme modèle Cyrille Delannoit et lui attribua un rôle de mauvais dans ses histoires dessinées. Marcel Limage, ayant bien connu Delannoit, était également titulaire d’un titre européen de boxe. Il fera l’affaire du dessinateur qui s’en inspirera pour créer un personnage complice du premier.

 

Avant que mon ouvrage ne sorte, je devais garder l’anonymat sur ce blog. Vous comprendrez que les lecteurs de BD ne pouvaient supposer les liens entre les personnages et leurs modèles champions de boxe. D’un autre côté, j’étais à la recherche de renseignements et ai donc créé ce blog sous un pseudonyme. Je remercie encore une fois les personnes qui m’ont aidée. J’espère que vous ne m’en voudrez pas d’avoir caché mon identité jusqu’à la parution de mon ouvrage. Celui-ci est à présent disponible dans certains festivals BD et il pourra être dédicacé si vous le souhaitez.

 

A présent, voici le lien vers mon blog personnel et vers mon ouvrage sur le site de l’éditeur. Vous ne verrez pas de photos de Delannoit ou Limage sur le site de l’éditeur. Par contre vous pourrez reconnaître les deux champions dans le livre et en savoir plus sur une partie de la vie privée et de boxeur de Delannoit camouflée dans la bande dessinée. L’autre blog renseigne encore les lieux de rencontres et de séances de dédicaces.

 

Il est bien entendu que ce blog restera destiné aux deux boxeurs et que vous pourrez y découvrir de nouvelles mises à jour les concernant. Vos apports sont toujours les bienvenus, comme il en était par le passé.

 

Afin de garder encore le secret jusqu’à la diffusion de mon ouvrage en librairies (fin novembre ou début décembre 2009), j’éviterai d’écrire mon véritable nom sur ce blog et celui du grand dessinateur dont il est question dans mon ouvrage, afin que les moteurs de recherches n’envoient pas sur ce blog prématurément. Un lien de l’autre blog renverra d’ici peu sur ce blog.

 

Merci pour votre compréhension !

Bien cordialement

V.

 

A propos de mon ouvrage…

Tout d’abord, le début des vraies vacances… Enfin ! Bien que je sois encore chez moi, je me sens déjà en vacances.

 

Le tri des documents prêtés par Marcel Limage est terminé et un grand nombre est scanné. Vous pourrez les découvrir sur ce blog dans les mois qui viennent.

 

Les dernières corrections ont été envoyées à mon éditeur. Le livre sera bientôt mis sous presse. Il s’agit d’un ouvrage biographique d’un grand auteur présenté sous forme de témoignages. Un lien familial m’unit à cet auteur et indirectement à Cyrille Delannoit. Dans le livre, vous pourrez revivre certains matchs, en savoir plus sur Cyrille Delannoit et, dans une moindre mesure, sur Marcel Limage.

 

Je dévoilerai très prochainement le titre de l’ouvrage, l’édition, mon véritable nom et où me rencontrer en séances de dédicaces, en Belgique et en France.

 

Merci encore à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, m’ont permis de rassembler un maximum d’informations !

 

Je n’en dis pas davantage ! Au plaisir de vous retrouver sur ce blog et peut-être vous rencontrer dans un avenir assez proche…

 

Un match nul pour Marcel Limage

« Le grand Marcel » sur l’air de « La petite Marie » :

Refrain :

Oui Madame le grand Marcel
Vient de faire des étincelles
Au palais du Saint Sauveur.
Il conquit les plus belles faveurs,
De Belgique, il est devenu le champion.
Sa victoire ne souffrit d’ discussions.
Oui Madame, vous feriez sûrement la belle
Pour un sourire du grand Marcel.

Couplets :

                    I
Quand il enjamba le ring du combat,
Il fut salué de vibrants vivats
Car ses supporters du Brabant Wallon
De vitamines avaient fait provisions.
Et, déjà dès le premier round,
la droite de Marcel fit ploum.
Son courageux adversaire
Commençait un très long calvaire.

                    II
A certains moments, Marcel recula
Et le coin adverse s’illusionna.
Mais ce n’était qu’une ruse de guerre
Car, pour de bon, d’Haes fut bientôt par terre.

Les cris, les sauts, baisers ou fleurs,
Tout respira le bonheur.
De ces instants de plaisir,
On gardera le souvenir.


Après avoir conquis le titre de champion de Belgique sans aucune défaite, Marcel Limage rencontre quelques difficultés. On peut le comprendre, personne n’est infaillible. D’autant plus que le match s’est déroulé au lendemain de sa prise de pouvoir contre Victor d’Haes. Peut-être Limage a-t-il eu un moment de relâchement.

Le 18 avril 1953, un mois jour pour jour après avoir battu Victor d’Haes, Marcel Limage ne peut se départager du guadeloupien Serge barthélémy et accuse le seul match nul de sa carrière professionnelle.

Emile Le Wallon

Emile le WallonJean-Marie, un visiteur de ce blog, possède une photo d’un boxeur s’appelant Emile Le Wallon. Vous pouvez cliquer sur la photo pour l’agrandir.

Marcel Limage, notre champion d’Europe amateur et champion de Belgique pro, se souvient d’un poids lourd Emile…

Emile Le Wallon, d’accord, mais quel est son nom de famille et son palmarès ?

Merci d’avance pour vos éclaircissements, commentaires ou mails.

Du neuf…

Vous êtes nombreux à visiter ce blog et je m’en réjouis. Vous attendez une nouvelle mise à jour qui tarde à venir…

Quelques-uns m’ont envoyé un mail et espèrent une réponse…

Je viens de finaliser une biographie qui sortira en octobre 2009. Bien que ce ne soit pas un ouvrage axé sur la boxe, il y sera question des deux champions Cyrille Delannoit et Marcel Limage. Je reviendrai sur le sujet d’ici peu.

Rassurez-vous ! Je commence les recherches nécessaires pour répondre à vos questions, continue à classer les précieux documents prêtés par Marcel Limage et poursuis ce blog. Je profite aussi du retour des beaux jours pour embellir mon jardin.

Je remercie encore ceux qui, d’une manière ou d’une autre, m’ont aidé à la réalisation de ce blog et, en même temps, à celle de mon ouvrage.

A bientôt.

Marcel Limage est passé pro en 1951

Marcel Limage, 79 kg, champion d’Europe des mi-lourds, a fait ses débuts pro le 14 octobre 1951 à Court-Saint-Etienne. A 22 ans, il a batttu le brainois Roger (vainqueur par abandon au 1er round).

Limage a gagné tous ses matchs pros de 1951 et 1952 contre Roger, Lebegue, Marcel Bob, Camberlain, Monyn, Dominique, Jacquemin, Van Kuyck, Collet…

Extrait paru dans la presse belge de janvier 1952 :

« Quant au combat professionnel Limage-Van Kuyck, il permit à l’ex-champion d’Europe des mi-lourds d’enregistrer une victoire très nette sur un adversaire qui est coriace et connaît toutes les ficelles du métier.
Pour ce huitième combat dans sa nouvelle catégorie, Marcel Limage ne rencontra pas un « client » bien que Van Kuyck n’utilisât que le gauche en contre et il n’arriva à la limite que grâce à ses facultés d’encaisseur et à son expérience. (…)
Marcel Limage triompha incontestablement et la foule de ses supporters l’acclama longuement.  »

Marcel Limage, 81 kg (Genappe) vainqueur aux points de Van Kuyck 81 kg (Anvers)

L’aquarelliste Pierre Chariot

A l’occasion de son 10ème anniversaire, le Salon Littéraire « La Plume Vagabonde » recevait Pierre Chariot, aquarelliste de renommée internationale.

Certains se poseront la question : pourquoi un Salon Littéraire et un aquarelliste ?

Le Salon Littéraire « La Plume Vagabonde » me recevra en 2010 pour la présentation de mon livre sur Edgar P. Jacobs. D’autre part, Pierre Charcot, aquarelliste, a bien connu mon arrière-grand-père Henri Quittelier, artiste peintre et doyen des artistes.

Jean Corhay champion de Belgique 1951

Jean Corhay 1951Jean Corhay champion de Belgique en 1951.

Ci-contre, sa dédicace :

« Avec mon entière amitié et sympathie à mon ami Marcel Limage à qui je souhaite une brillante carrière.
Jean Corhay Milan 1951. »

Marcel Limage 1951 néo pro 
Annonce d’un journal belge de l’été 1951 : 

« Au cours de la réunion de la Section brabançonne de la Fédération belge de Boxe, Marcel Limage s’est vu accorder comme prévu, sa licence professionnelle.
D’autre part, la section a déclaré Cyrille Delannoit : « apte à boxer ». » 
 

Cyrille Delannoit, vainqueur de Marcel Cerdan et champion d’Europe en 1948, connaissait un certain déclin en ce début de 1951.